Droit du travail et canicule la position des salariés
Droit

Droit du travail et canicule : la position des salariés

Les fortes vagues de chaleur sont assez fréquentes en été. Aussi, l’ambiance au travail peut vite devenir très insupportable et dans certains cas porter atteinte à la santé du salarié. Il existe bien certaines dispositions de la législation du travail à appliquer en cas de canicules et de forte chaleur.

Les précautions inscrites dans le Code du travail

Lorsque la chaleur devient trop intense, il est difficile de rester concentré ou encore d’être productif. Qu’il s’agisse des salariés qui travaillent en plein air ou dans un local, les employeurs peuvent être tenus de diverses obligations qui seront favorables aux conditions de travail de leurs salariés.

La prise en compte de l’ambiance thermique

Le Code du travail est assez flou en ce qui concerne cette ambiance thermique de travail. Le code précise cependant que les employeurs doivent toujours assurer la sécurité et protéger la santé de leurs salariés. Le travail peut constituer un risque pour les salariés lorsqu’il est effectué dans des conditions climatiques extrêmes. Lors des périodes de canicule, la température peut atteindre jusqu’à 40 °C ce qui est très étouffant que ce soit en local ou en plein air. Le Code du travail n’a cependant pas évoqué la température maximale pour une bonne condition de travail. Pourtant, d’autres institutions préconisent qu’il est nécessaire de limiter le travail ou d’évacuer les locaux au-delà de 34 ° C. Pour ne prendre aucun risque judiciaire, il est préférable pour les employeurs de réduire ou de supprimer les heures de travail en cas de trop forte chaleur.

Fournir de l’eau à ses employés

En cas de non-respect des dispositions du Code du travail, un employé qui subit un accident de santé au travail en période de canicule peut attaquer son employeur en justice. Afin de ne pas abuser de leur droit, et de nuire à la productivité de l’entreprise, il existe bien d’autres options pour les employeurs. Pour les salariés qui travaillent en extérieur, l’employeur doit fournir au moins 3 litres d’eau à chacun de ses employés. Cette obligation ne s’opère qu’en cas de canicule et avec des températures avoisinant les 34 °C. Dans les mêmes conditions thermiques, l’employeur peut faire installer un système de climatisation pour rafraichir l’ambiance thermique des locaux et donner les meilleures conditions de travail à ses salariés. Dans tous les cas, les employeurs doivent fournir à l’ensemble de leurs salariés les équipements nécessaires pour les protéger contre les conditions atmosphériques de la canicule.

Le retrait en cas de péril

Le doit de retrait est un droit reconnu à tout salarié qui estime que leur vie ou leur santé sont sujettes à un péril imminent dû aux mauvaises conditions de travail. Dans ce type de cas, les employés qui constatent que leurs employeurs n’ont pas effectué les démarches nécessaires pour assurer la sécurité de leurs salariés peuvent avertir l’inspection du travail et exercer leur droit de retrait.

Le code vestimentaire au sein de l’entreprise

La législation du travail ne préconise pas de tenue vestimentaire spéciale pour les périodes de canicule. Les employeurs peuvent toujours imposer une tenue de travail à leurs salariés. Cela se fonde sur le bien-être de l’image de l’entreprise, et sur les impératifs de sécurité pour les travaux sur chantiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *